Ciceley Desclée sort de l'ombre
- 1180 - Uccle

Ciceley Desclée sort de l'ombre

Ciceley Desclée de Maredsous est une artiste secrète, inconnue du grand public et pour cause: elle n'a encore jamais exposé. Les séjours à l'étranger avec son époux cadre supérieur d'une multinationale ont réveillé son désir de dessiner, d'après nature et modèles vivants surtout. : "Après Londres et sa grisaille, nous avons passé quatre ans au Maroc. La découverte de la magnifique lumière et des couleurs du pays a été une révélation." Quelques dessins de cette période marocaine témoignent d'un crayon déjà très sûr, vif, et qui ne demandait qu'à se libérer. "J'ai dû attendre l'âge de 55 ans pour cela, mais au moins, je n'avais plus à demander la permission de faire ce que j'aimais..." C'est Alain Lambillotte qui s'est chargé de former son talent, à l'Académie de Braine l'Alleud, où Ciceley Desclée a également suivi les cours de Michel Van Strasseel. Dans l'avenir, si ses responsabilités familiales lui en laissent le loisir, elle voudrait retourner chez Alain Lambillotte avec qui elle est restée en relation, et continuer à développer sa personnalité d'artiste.

L'influence des Fauves

Dans ses œuvres, Ciceley Desclée n'hésite pas à pratiquer des techniques mixtes: pastel sec ou gras, fusain, gouache, acrylique cohabitent avec des collages, selon l'inspiration du moment et le sujet. Seule l'huile est exclue de la panoplie, pour cause d'allergie aux solvants. Couleurs franches et souplesse du trait, elle travaille manifestement à l'instinct, expressionniste sans maniérisme qui passe du pastel au couteau avec la même facilité. Quelques œuvres dénotent l'influence des Fauves et de Rik Wouters, qu'elle adore depuis toujours. Son exposition préférée reste, à cet égard, celle des Fauves à Paris, il a quelques années. Et sa première exposition? "Pourquoi pas? Mais plutôt une exposition collective, alors." S.P.