Domu mia
3
Average: 3 (1 vote)
Rue Vanderkindere, 224 - 1180 - Uccle

Domu mia

La Sardaigne commence rue Vanderkindere

 

La simplicité est un art qui n’est pas donné à tout le monde, en cuisine encore moins qu’ailleurs. Heureusement, certains savent encore!

 

S’ils sont assez nouveaux dans le paysage ucclois,  les deux associés de ‘Domu mia’, le jeune Marco en salle et Giovanni, vieux routier des fourneaux, ont des années d’expérience dans des restaurants du quartier du siège de la Commission européenne. Ils savent depuis longtemps que les vraies bonnes recettes de terroir sont celles qui permettent le mieux aux saveurs des aliments de choix de s'exprimer. Ils débarquent ici avec de pleins carnets de ces recettes de Mamma, condensés dans une carte qui change tous les quinze jours au gré du marché. On n'y perd donc pas son latin et sûrement pas son italien, encore qu'il faudrait plutôt parler ici de dialecte sarde, la région d'origine des deux compères. D'où le nom du restaurant, Domu mia: Ma maison, en patois de la grande île. Les latinistes y retrouveront la romaine domus, domus qui a donné en français des mots comme domicile, domestique et plus récemment, domotique. Les gastronomes, eux, y retrouveront des saveurs authentiques, bien plus que chez beaucoup d'italiens plus classiques que ce petit ristorante. Une salle en longueur terminée par un comptoir derrière lequel s'affaire le cuistot, de petites tables carrées, une déco minimale, on ne vient pas ici pour parader mais pour se poser le temps d'un repas heureux, devant une assiette souvent bien plus colorée que la palette noir-beige-gris du resto. Il y a un lunch à 18 €, avec entrée, plat de pâtes et 70 cl d’eau. La carte a beau être assez courte, il ne faut pas hésiter à demander à Marco de vous orienter dans les dénominations de certains plats comme Scamorza affumicata gratinata al forno con crostoni profumati alle erbe (un fromage gratiné, 11 €) ou Malloreddusu (pâtes de blé sarde) con crema di zafferano, zucchini e scampi (19 €)... avant de choisir des pâtes plus connues, évidemment faites maison à base de farine italienne. En se disant qu'on reviendrait pour les autres, tant la satisfaction était grande de découvrir des spaghetti alle vongole (16 €) comme on en déguste rarement par ici. Une pleine assiette de palourdes délicatement parfumées à l'huile et à l'ail, une pleine assiette de pâtes al dente, pour un plein de plaisir accompagné d'un vino della casa, en l'occurrence un Picano DOC Cantina Tenute del Borgo rouge, au verre (4,50 €) ou 'al centimetro' à 20 € la bouteille. Un fromage, un vieux Pecorino rehaussé d'une cuiller de miel de fleurs de montagne pour terminer et la vie, du coup, semblait plus belle. Vous trouverez facilement, c'est juste en face du garage Fiat-Alfa Romeo de la rue Vanderkindere, à cent mètres de la place. S.P.