L'Estanquet
0
Aucun vote pour le moment
Avenue Winston Churchill, 148 A - 1180 - Uccle

L'Estanquet

Comment rénover en profondeur un lieu sans en changer l'esprit qui faisait tout son charme? Comme l'Estanquet, tiens! 

Chacun a ses adresses fétiches, ses points de chute qui sont autant de points de repère stables dans une vie d'errance bistronomique. Les citer dans une conversation entre potes fait immédiatement naître une lueur de connivence nostalgique dans les yeux et lance les réminiscences inévitables. Genre "Ah, le spag' d'Untel" ou "L'américain de chez Machin..." L'Estanquet, pour les Ucclois, en est l'archétype, comme l'était le Macon. Quarante ans de cuisine simple et goûteuse au coin de l'avenue Churchill et de la rue Edith Cavell, ça vous marque les mémoires. Et même si l'amateurisme d'une précédente gestion en avait dégradé l'image, les fidèles sont revenus à l'Estanquet quand Geoffroy Malgaud et Yves de Sauvage l'ont réouvert, après rénovation. Boris Dilliès, qui y avait travaillé pendant sept ans comme étudiant, y a fêté sa récente nomination de Bourgmestre. En salle, Geoffroy s'amuse à pointer tout ce qui a changé car l'astuce, c'est que cela ne se voit pas au premier coup d'œil. Bien sûr, il y a la grande photo ancienne du bâtiment qui frappe, elle occupe tout un pan de mur. Mais le comptoir était là, l'îlot central de bois blond aussi, les petites tables pareil, non? Oui... et non: les chaises brasserie au tissu rouge proviennent du Lido parisien, des persiennes noires habillent les baies vitrées pour plus de discrétion, l'éclairage entièrement revu alterne lampes à filament apparent et suspensions d'opaline verte, le comptoir a désormais plus l'allure d'un vrai bar. Au printemps prochain, les marquises extérieures seront rallongées pour créer, avec les baies ouvertes et un rideau de bambous, une terrasse accueillante. Etre accueillant, c'est dans la nature de Geoffroy Malgaud, qui chouchoute sa clientèle avec affabilité. Détaille le petit lunch du jour, repris sur la page Facebook de l'Estanquet. Suggestions au tableau noir, bien sûr, avec du gibier et une "Pluma", échine de porc ibérique pata negra fondante, très recommandable. Mais le choix se portera simplement sur des croquettes aux crevettes et une casserole de moules au vin blanc, arrivées toutes fraîches le matin même. Croquettes superbes, bisquées et onctueuses à souhait, moules dodues, parfaites. Des frites classiques qui, par bonheur, ne cèdent pas à la détestable mode de les couper à la hache pour faire authentique. Une impression agréable de retrouver, bien améliorée, la qualité brasserie d'autrefois: une cuisine rapide, simple et bonne. Ça vous donne envie de découvrir l'américain maison, bien sûr, mais aussi les tomates crevette, le cœur de cabillaud mousseline, le waterzooi de poisson, l'entrecôte Irish Cuberoll, l'onglet de bœuf à l'échalote et on en passe. Les prix - entrées de 12 à 18 €, plats de 14 à 28 € environ - reflètent la qualité: du tout fait maison, à base de produits frais. La faim justifie les moyens. S.P.

Réservation possible
Cartes de crédit acceptées
Accès handicapés
WiFi gratuit