Rose Delhaye, peinture & moulage
Avenue Brugmann, 85 - 1060 - Saint-Gilles

Rose Delhaye, peinture & moulage

Elle introduit des renards dans la ville

 

Carte de visite

Comme les vrais, ses renards se répandent silencieusement dans la ville, à Uccle et à Forest jusqu'ici, où Rose Delhaye a obtenu l'autorisation de les peindre sur les bornes Sibelga. Ils sont plus de trente à ce jour à faire partie du paysage et véhiculent tous le même message: "Je ne suis pas un nuisible". Même s'il pourrait prêter à discussion, le message est très bien accueilli par un public de plus en plus sensible à la protection de la nature. Du coup, les renards de Rose font des petits, chez des particuliers qui lui demandent d'en peindre un chez eux, comme sur une porte de garage à Saint-Gilles par exemple. Woluwé Saint-Lambert vient de les accepter. Plus loin encore: on la demande à Paris et jusque sur la Côte d'Azur.  La propagation virale se fait via la page Facebook et le compte Instagram de Rose, qui voudrait bien aller en peindre où on la demande... "mais à condition d'avoir l'autorisation, sans quoi je ne le ferais pas. Et puis, il y a les frais..."Les frais de matériel, notamment, ont été au départ pris en charge par les Echevinats de la Culture, ouverts à l'idée de transformer les bornes grises en spots de Street Art.  Uccle continue à le faire, Forest ne le fait plus, et le mouvement des graffeurs semble s'être ralenti. Rose, elle, continue à peindre ses renards messagers. Par conviction et aussi pour les opportunités de contact avec les passants que son travail lui offre. "Je suis là pendant quatre, cinq heures parfois et les gens sont en général très sympas, ils comprennent ce que je veux faire passer. C'est agréable pour un artiste, qui travaille souvent isolé, d'avoir ainsi un retour direct et de pouvoir communiquer; ce que je fais là correspond tout à fait à ce que je veux: un art qui soit utile, qui ait vraiment du sens." 

 

De la main à la patte

Tournaisienne d'origine et Bruxelloise d'adoption depuis quatre ans, Rose Delhaye a toujours dessiné et peint et expose régulièrement. Autodidacte, elle s'est formée à l'ancienne, en copiant par exemple Rembrandt - avec aujourd'hui une belle technique qui lui permet de s'attaquer à d'autres thèmes qui lui sont chers. Bien souvent liés eux aussi à notre environnement menacé: des personnages porteurs de masques à gaz illustrent la pollution urbaine, de très beaux requins ou des poulpes dénoncent le pillage des ressources marines pour des raisons stupides.  Elle s'est aussi formée au délicat travail du moulage de mains: "La main, c'est l'identité d'une personne. J'y place un objet qui représente sa passion."Rose a de la patte, comme on dit. Sur la table devant elle, la main de plâtre serrant une bombe de peinture est celle de Denis Meyers, qui avait transformé l'ancien siège de Solvay en un temple éphémère du Street Art. S.P.